Oraison de bezerra de Menezes - APESAK

Aller au contenu

Menu principal :

Oraison de bezerra de Menezes

Messages


Oraison de Bezerra de Menezes (1)

Seigneur !

Avant que nous rendions grâce, nous désirons poursuivre en priant.
Invariablement, les prières de la Terre sont dirigées vers Ton cœur, en forme de suppliques en faveur de ceux qui souffrent. Permets-nous de Te prier, en ce moment présent, pour ceux qui promeuvent la souffrance.
Il est habituel que nous puissions Te prier en faveur de ceux qui sont persécutés, et maintenant nous désirons T'adresser nos suppliques pour les persécuteurs.
La grande majorité prie pour ceux qui ont faim, et nous nous souhaitons prier ta magnanimité en faveur de ceux qui fomentent la misère.
Il y a énormément de douleur dans le monde et notre cœur compatit de ceux qui, dans leur hallucination, génèrent tous les malheurs qui s'accumulent au sein de la psychosphère terrestre.
La violence atteint des niveaux de douleur quasiment insupportables, et c'est la raison pour laquelle nous T'adressons nos suppliques en faveur des adeptes de l'agressivité qui se complaisent à déchaîner les conflits et les douleurs acerbes.
Tu as vécu au côté de la masse ignare; Tu es passé parmi les puissants d'un moment; Tu as enseigné ton amour dirigé au malheureux de toutes sortes et tu n'as pas oublié de demander au Père qu'il pardonne à ceux qui ne te comprenaient pas, parce que, de fait, ils ne savaient pas ce qu'ils étaient en train de faire.
Nous recommençons à demander, humblement, ta compassion envers ceux qui ont perdu le sens de la vérité, se laissant intoxiquer par la toute-puissance, la présomption, dans le cadre de toutes ces malheureuses habitudes de la personnalité malade.
Donne-leur, Jésus, la chance de s'éveiller afin de comprendre que l'existence transitoire de la chair a pour finalité l'édification du bien.
Nous n'avons pas d'autres mots si ce n'est ceux que nous avons appris auprès de Toi, marqués par la compassion, par l'amour, par la miséricorde qui s'écoule de notre Père.
Alors, reçois la guirlande de fleurs de nos sentiments comme une forme de gratitude, pour l'honneur immérité de Te connaître, d'avoir accepté Ton invitation afin que nous puissions travailler à Ta moisson.
Mais, aide-nous à être choisi lorsque nous aurons fini le labeur momentanément entre nos mains. Reste avec nous en ensemençant l'amour dans nos vies, mais libérant nos vies des repoussantes amarres qui nous maintiennent dans le comportement primaire qui nous conduit aux défections morales.
Sois donc avec nous, Maître, aujourd'hui et toujours, afin que nous ne puissions pas défaillir au cours du combat car, si avec Toi nous sommes ainsi, sans Toi ce sera l'échec incontestable.
Soyez tenaces, fils de l'âme, dans vos devoirs !
Nous reconnaissons que ceux-ci sont des jours très difficiles. Mais, vous êtes équipés des instruments adaptés pour les affrontements typiques du chrétien.
Ne vous laissez pas abuser par les chimères ni par les facéties du moment. Soyez fidèles à Jésus, qui nous a été fidèle jusqu'à aujourd'hui.
De nombreuses fois, vous vous trouverez encerclé par les difficultés et vous devrez affronter des défis qui semblent insurmontables.
Ayez confiance en Jésus et observez comment tout se résout avec Lui, alors que sans Lui les difficultés sont infranchissables.
Vous vaincrez l'égoïsme, vous conquerrez la paix intérieure et vous triompherez parce que telle est la destination de chacun de nous qui voyageons en direction de la liberté totale.
Que Dieu vous bénisse !
Avec tendresse, le serviteur très humble et paternel de toujours,
Bezerra                                                 
Beaucoup de paix, mes enfants !
(Oraison proférée par voie psychophonique au travers de Divaldo Pereira Franco lors de la clôture de la réunion du C.F.N., le 12 novembre 2005, à Brasilia au Brésil).
Note : texte révisé par l'auteur spirituel.
Traduction : J.E. NUNES

(1) Adolfo Bezerra de Menezes Cavalcanti ( né le 29/08/1831 à Riacho Sang  et mort le11/04/1900 à Rio de Janeiro), plus connu sous le nom de Bezerra de Menezes, était un médecin , militaire , écrivain , journaliste , homme politique , philanthrope et exposant la Philosophie Spirite . On l'appelait le Docteur des pauvres.
En 1875, il traduit en portugais Le Livre des Esprits. il traduite ensuite les principales oeuvres d'Allan Kardec et les étudiera pour transmettre cette philosophie aux brésiliens.
Le 02/08/1895, il est élu président de la Fédération Spirite Brésilienne après avoir été vice-président pendant 5 ans.




 
Copyright 2015. All rights reserved.
Retourner au contenu | Retourner au menu